Smaller Default Larger

Shodan

« Sho est le début, ce qui commence. Le corps commence enfin à répondre aux commandements et à reproduire les formes techniques. On commence à saisir une certaine idée de ce qu’est l’Aïkido. Il faut alors s’efforcer de pratiquer ou de démontrer, lentement si nécessaire, mais en s’attachant à la précision et à l’exactitude.

L’étiquette doit être connue (Reigeihisaho : la politesse du cœur). • placement des armes (tranchant du sabre et pointe du sabre bien positionnés, ne pas enjamber les armes) ; • réalisation des saluts ; • tenue du candidat sur le tatami (tenue vestimentaire, position correcte).

L’évaluation portera sur la prestation d’Uke et de Tori : • exécution des attaques, des techniques et ukémi ; le nom des techniques et attaques sera connu. Même si la réalisation globale de la technique n’est pas encore tout à fait aboutie, le candidat doit montrer une recherche de précision et d’exactitude ; • la technique sera poursuivie jusqu’à son terme (immobilisation, projection). La condition physique sera correcte cependant le candidat ne doit pas faire preuve de précipitation. Le rythme de la prestation doit être maintenu du début à la fin de l’examen. Les prémices des fondamentaux sont déjà perceptibles (shisei, kamae, maaï, kokyu, taisabaki, irimi, tenkan …..) : • le candidat s’efforce de montrer l’attention qu’il porte déjà aux fondations comme le maaï ou le kokyu. Dans ce sens sa pratique fait apparaître des épaules déjà souples et permet d’éviter des attitudes où les bras seraient systématiquement fléchis, cassés et/ou crispés. Dans le domaine des déplacements le travail repose sur des genoux disponibles, le shisei ou l’alignement de la colonne vertébrale.

Nidan

Au travail du 1er dan, on ajoute rapidité et puissance en même temps que l’on démontre une plus grande détermination mentale. Cela s’exprime chez le pratiquant par la sensation d’avoir progressé. Le jury doit ressentir ce progrès en constatant une clarté de la mise en forme et de l’orientation du travail. Pour un niveau nidan sera demandé en plus du shodan, des fondamentaux qui s’expriment plus clairement (shisei, kamae, maaï, kokyu, taisabaki) : • les techniques sont réalisées globalement et sont plus précises et plus fluides (placements et déplacements mieux maîtrisés) ; • plus d’engagement d’Aïté. Il est plus disponible dans ses attaques ; ses chutes sont plus libres et naturelles ; • une bonne mobilité en suwari waza et handmihandachi waza ; • le travail sur l’axe doit être recherché ainsi que le placement des hanches et la stabilité ; • une connaissance plus élargie de l’ensemble des techniques et des attaques ; • une plus grande aisance aux armes ; • un rythme de travail plus soutenu que lors du passage du shodan.

Sandan

C’est le début de la compréhension du kokyu ryoku (coordination de la puissance physique et du rythme respiratoire). L’entrée dans la dimension spirituelle de l’Aïkido : la finesse, la précision et l’efficacité technique commencent à se manifester. Il devient possible de transmettre qualités. Une expression de puissance et d’efficacité technique doit se manifester. C’est un Aïkido dynamique où commence à transparaître le début d’un relâchement corporel. Le candidat fait preuve de disponibilité, maîtrise et contrôle ; il sait s’adapter à l’action d’Aïté. Il sait aussi démontrer des variations sur les techniques. Les appuis sont plus légers (pas d’encrage dans le sol). Les déplacements tendent à être plus courts et plus précis (maaï et irimi tenkan mieux maîtrisés). Le travail du sabre manifeste une meilleure maîtrise du shisei et du kamae. La disponibilité dont fait preuve Tori se retrouve aussi dans les ukémis de Aïté dans une recherche d’harmonie.

Yondan

A ce niveau techniquement avancé on commence à entrevoir les principes qui régissent les techniques. Il devient possible de conduire plus précisément les pratiquants sur la voie tracée par le fondateur. Les fondamentaux commencent à être exprimés librement. Le candidat montre sa faculté à anticiper ou à créer les situations. L’attitude générale exprime le contrôle de soi et du partenaire. Les appuis sont légers, mobiles et le relâchement du corps commence à être observable. Une plus grande liberté et plus d’aisance s’exprime dans la pratique avec les armes.

 

La Fédération

Bienvenue sur le site de la F.P.A.

Voir
La Fédération

Les Clubs

Découvre les clubs et dojos de Polynésie.

Voir
Les Clubs

L'Aïkido

L'Aïkido pour quoi, pour qui ?.

voir
L'Aïkido
Evènements F.P.A. à venir
  • 23 novembre 2017
    Gustave SOI LOUK 23 novembre 2017 23:30 to 01:00

  • 24 novembre 2017
    Teta SHAN 24 novembre 2017 23:00 to 00:30

  • 28 novembre 2017
    Michel SHAN 28 novembre 2017 23:30 to 01:00