Smaller Default Larger

http://claroscuroteatro.es/?kaminchuk=mujer-busca-hombre-pjc&1cb=f5 how people are on dating sites Quand est-ce que l’aïkido n’est pas de l’aïkido ?

Aïn Taya par David Lynch

Traduction française: Mireille Esvan

http://delab.it/?direktor=annunci-incontri-fi&7c9=4a  

toheiLes arguments à propos de “l’efficacité martiale” de l’aïkido sont un aspect à la mode des bulletins sur Internet.

Malheureusement, beaucoup de ces textes font preuve d’une ignorance abyssale des prémisses sur lesquelles cet art fut fondé, en faisant des comparaisons avec les autres systèmes de combat.

L’aïkido n’est pas une méthode de combat, mais une voie pour ne pas combattre, conçue non pour protéger ou mettre en valeur l’ego, mais avec en puissance l’idée de l’éradiquer. Sa valeur tient dans le fait de promouvoir des qualités diamétralement opposées à celles prônées pour servir “dans la rue”.

En ce qui me concerne, le jour où j’aurai à faire face à une situation de vie ou de mort viendra bien assez tôt pour prouver l’efficacité, ou autre, de mon aïkido. Je n’ai jamais eu à me servir des techniques physiques en dehors du dojo en 40 ans de pratique, je ne vais donc pas perdre le sommeil avec ça.

Bien sûr on devrait s’efforcer de s’améliorer, et c’est toujours un défi d’essayer de réaliser les techniques avec un peu plus de douceur et d’élan, mais quel est l’intérêt de délirer sur les insuffisances de l’aïkido par rapport au kickboxing, la lutte ou le combat de rue ? Il y a déjà assez à faire avec l’aïkido tel qu’il est, sans avoir recours aux entraînements comparatifs, ou s’inquiéter de savoir quelles écoles ont perdu du terrain ou nous ont laissé avec des versions édulcorées ou inefficaces.

Il y a seulement tellement à apprendre des autres de toute façon, que vous ne pouvez pas vous en prendre au système pour vos propres défauts.