Smaller Default Larger
Hommages à Maître Robert H. AOYAGI
Robert H. Aoyagi Shihan
 
Au moment où la Polynésie célèbre « Matari’i i ni’a », la Fédération Polynésienne d’Aïkido pleure son  « grand-père » Hawaiien : Maître Robert Hiroshi AOYAGI, 7ème Dan, Shihan, Chef Instructeur de « Aïkido of Honolulu ».
Il s’est éteint le 16 novembre 2010, à l’âge de 90 ans après plus de 50 années de pratique dans ce Dojo historique de Waialae Avenue, inauguré en 1961 par Morihei UESHIBA O’Sensei, fondateur de l’Aïkido
Maître R.AOYAGI s’est impliqué avec beaucoup de rigueur, mais une très grande simplicité, une générosité hors du commun et bienveillante attention dans le développement de l’Aïkido en Polynésie française.
Entre 1990 à 2000, il est venu cinq fois à Tahiti, nous faire bénéficier de son enseignement à titre bénévole. Grâce à lui, le niveau technique de l’Aïkido polynésien s’est amélioré considérablement.
Il a accueilli les délégations tahitiennes à l’occasion de deux manifestations exceptionnelles à Honolulu :
­ En 1991, pour le 30ème anniversaire de son Dojoavec la venue de  Kisshomaru UESHIBA et de Maître prestigieux,
­ En 1993, pour le stage dirigé par Maïtre  Nobuyoshi TAMURA , 8ème dan, directeur technique de la Fédération Française d’Aïkido et de Budo.
C’est dans ce lieu empli de « Ki » (d’Energie) qu’en février 2008, une délégation polynésienne s’est entraînée sous sa direction.
Maître R.AOYAGI qui pressentait peut-être que nous nous reverrions plus, offrit son  « jo » personnel (bâton long d’entraînement) qui était exposé au kamiza (autel shinto) au Président de la délégation (Patrick COJAN), devant  ce geste symbolique Maitre IRIE envoyé par l’Aïkikaï de Tokyo s’exclama « It’s wonderful », soulignant ainsi les liens privilégiés établis avec les aïkidokas hawaïens.
En signe de notre profonde amitié et de notre reconnaissance pour l’enseignement reçu, la Fédération Polynésienne d’Aïkido rend hommage à Maître Robert Hiroshi AOYAGI, 7ème Dan, Shihan, qui restera un des piliers dans la construction de l’Aïkido polynésien et dans le cœur de tous ceux et celles qui l’ont connu.